Skip to main content

Les plantes stimulantes et adaptogènes, véritables alliées de l’organisme

Les plantes stimulantes et adaptogènes font partie des types de plantes très à la mode aujourd’hui. On compte parmi elles des très grands classiques de la phytothérapie, comme le ginseng. Voyons pourquoi un tel engouement autour de ces plantes si particulières.

Qu’est-ce qu’une plante adaptogène ?

Une plante est dite « adaptogène » lorsque celle-ci a la propriété de favoriser la capacité de l’organisme à s’adapter aux différents stress qui l’affectent, qu’elles qu’en soient ses causes.

Les plantes adaptogènes renforcent la résistance et la vitalité de l’organisme et stimulent les défenses naturelles. Elles procurent un effet de bien-être général et une énergie retrouvée. Ce sont des plantes stimulantes.

On doit cette notion à un toxicologue russe, Nicolaï Lazarev qui, dans les années 1940, cherchant des moyens de booster les capacités physiques et cognitives des soldats et ouvriers de l’URSS, a découvert les bienfaits les bienfaits du Schisandra chinensis et a formalisé le concept de plantes adaptogènes.

Les plantes stimulantes et adaptogènes exercent une action normalisatrice sur de nombreux organes ou fonctions physiologiques. Elles agissent sur le système endocrinien, sur l’axe hypothalamo-hypophysaire et même jusqu’aux glandes surrénales.  Elles vont soutenir ces glandes endocrines, améliorer leur capacité de réaction, favoriser l’élimination des toxines dues au stress.

Un autre effet principal est leur capacité à maintenir l’homéostasie de l’organisme c’est-à-dire à assurer l’équilibre entre les différents cycles et métabolismes qui permettent la vie organique. L’action de l’adaptogène se fait par le totum de la plante. Les plantes classées comme adaptogènes appartiennent à des familles et espèces botaniques différentes et parfois éloignées et souvent disséminées sur les 5 continents. Il est intéressant de noter que les plantes stimulantes et adaptogènes sont utilisées par les nombreuses médecines traditionnelles.

La médecine traditionnelle chinoise pour le ginseng, l’éleuthérocoque, l’astragale, le shiitaké et le maitaké.

La médecine traditionnelle russe pour l’éleuthérocoque, le ginseng et la rhodiola.

La médecine traditionnelle péruvienne (inca) pour la maca.

La médecine traditionnelle polynésienne pour le noni.

La médecine indienne ou ayurvédique pour l’ashwagandha.

Focus sur 5 plantes adaptogènes

Nous allons ici aborder le ginseng, la rhodiola, l’éleuthérocoque, la maca et l’ashwagandha, que vous pouvez retrouver sur notre site de vente en ligne de compléments alimentaires : www.acerola-fr.com

LE GINSENG (Panax Ginseng)  :  le ginseng est considéré comme l’adaptogène phare de la médecine chinoise. C’est l’une des plantes stimulantes les plus connues. Grâce à ses principes actifs, les ginsénosides, le ginseng contribue à de meilleures performances physiques, à une meilleure santé mentale et à une meilleure santé immunitaire. Il renforce la vitalité et a un effet anti-fatigue.

Ne pas dépasser les doses recommandées et ne pas consommer de ginseng en cas d’hypertension artérielle, de prise de médicaments anti-coagulants et de médicaments hypoglycémiants car les ginsénosides, principales substances actives du ginseng, affectent la production d’insuline et réduisent le taux de sucre dans le sang.

LA RHODIOLA  (Rhodiola Rosea) :  racine dorée, orpin rose, la rhodiola appartient à la famille des crassulaceae et son nom provient de l’odeur de rose qui se dégage de ses racines. On la trouve principalement en Sibérie et en Scandinavie. Dans ces régions au climat difficile, on lui prête depuis des siècles de multiples bienfaits comme endurance physique et longévité. La rhodiola permet d’augmenter les résistances au stress que ce stress soit psychique ou physique.

Elle procure un sommeil réparateur. Elle permet de diminuer la fatigue physique et psychique et améliore donc un état d’épuisement et est donc utile en cas de burn-out. Il est intéressant de noter qu’elle participe également au sevrage des addictions (alcool, tabac, sucre…) et qu’elle augmente la résistance de l’organisme au syndrome de manque, de stress et de peurs incontrôlées. Nous proposons la rhodiola sous forme liquide en ampoules (laboratoire Dietaroma) et la rhodiola en gélules (laboratoire GPH).

Voici quelques associations de plantes stimulantes ou régulatrices intéressantes avec la rhodiola :

-rhodiola-mélisse : optimisation des effets contre l’anxiété. Nous vous recommandons le complexe du laboratoire Dietaroma : rhodiola-marjolaine et mélisse

-rhodiola-aubépine : optimisation des effets contre l’anxiété

-rhodiola-ginkgo : stimulation de la mémoire

A noter que la rhodiola est déconseillée aux femmes enceintes ou qui allaitent car les effets sur le fœtus et le bébé ne sont pas connus. Pour les personnes atteintes du trouble bipolaire, la prudence est recommandée car la rhodiola pourrait déclencher des épisodes d’excitation physique. Il faut dans ce cas diminuer le dosage et le réaugmenter ensuite très progressivement selon le besoin. Ne pas utiliser la rhodiola avec d’autres compléments ayant une action stimulante ou d’autres plantes stimulantes.

Vous pouvez en savoir plus sur la rhodiola sur cette fiche botanique.

L’ELEUTHEROCOQUE (Eleutherococcus senticosus) : l’éleuthérocoque est aussi appelé ginseng sibérien car il a été utilisé par les sportifs de l’URSS mais son usage remonte à plus de 4000 ans. Parmi les principaux principes actifs de l’éleuthérocoque se trouvent des polysaccharides, des hétérosides, les éleuthérosides sont similaires aux molécules connues sous le nom de ginsénosides présentes dans le panax ginseng. L’éleuthérocoque soutient les performances physiques et mentales et il renforce les défenses immunitaires.

Consommer de l’éleuthérocoque est recommandé en période de convalescence car il a un effet favorable sur le dynamisme et l’endurance ainsi que sur la performance mentale. Il participe à la régulation de l’homéostasie (processus par lequel l’organisme maintient ses différentes constantes). Eviter de prendre trop de caféine avec la prise d’éleuthérocoque (insomnie, tachycardie) et ne pas utiliser en cas d’hypertension. Ne pas prendre de l’éleuthérocoque avec d’autres compléments ayant une action stimulante.

LA MACA (Lepidium meyenji) :  la maca est également appelée ginseng andin ou péruvien. Cette plante pousse dans des conditions difficiles dans les Andes du Pérou. Cette plante est souvent citée comme aphrodisiaque mais ses bienfaits ne s’arrêtent pas là. La maca est une plante adaptogène très polyvalente, elle aide le corps à s’adapter ou à résister aux agressions comme le stress ou la nervosité, la fatigue ou la baisse de libido. La maca est également connue pour avoir des propriétés de construction musculaire car elle est riche en protéines bio-actives qui favorisent la croissance musculaire naturelle.

Elle aide par ailleurs à la récupération après une blessure, grâce aux vitamines, minéraux, acides gras essentiels et protéines qu’elle contient. La maca joue également un rôle important dans le maintien de l’activité des surrénales, ce qui a une incidence positive sur l’humeur. En tant que régulateur hormonal, la maca favorise la fertilité.  Chez la femme, la maca aide à moduler les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, sueurs nocturnes et anxiété).

Elle maintient par ailleurs la densité osseuse et est donc utile chez la femme ménopausée. C’est un très bon énergisant qui joue un rôle non négligeable dans les performances sportives. Nous vous recommandons la maca du laboratoire GPH en comprimés bio. Cette plante fait partie des meilleures plantes stimulantes.

L’ASWAGANGHA (Withania somnifera) est une plante incontournable de la pharmacopée indienne traditionnelle. C’est une plante robuste capable de pousser dans les zones arides du Pakistan et du Sri Lanka. En sanskrit, son nom signifie « odeur de cheval » en raison des exhalaisons de ses racines. Elle mérite sa qualification de plante adaptogène car elle aide à améliorer de nombreuses fonctions : insomnies, stress, anxiété, troubles respiratoires.

Elle participe également à une meilleure santé mentale et à la protection du système nerveux. Nous vous recommandons l’ashwagandha du laboratoire Samskara. Comme son nom l’indique, l’ashwagandha ou withania somnifera agit contre les insomnies, facilite l’endormissement, améliore la durée et la qualité du sommeil profond et réparateur. C’est une des plantes stimulantes les plus méconnues, mais extrêmement utile et efficace.

Les principaux conseils d’usage

Toutes les plantes stimulantes et adaptogènes citées dans cet article sont des compléments alimentaires. Ils ne sauraient se substituer à l’avis de votre médecin traitant et ne remplacent ni les diagnostics ni les traitements médicaux.

Nous conseillons l’usage de ces plantes stimulantes en cure de 10 à 20 jours puis d’arrêter 1 ou 2 semaines avant de refaire une cure si nécessaire.

Vous pouvez en parallèle de ces plantes stimulantes et adaptogènes, consommer des aliments stimulants tels que le gingembre, le cèpe de Bordeaux, la sarriette, le romarin, la gelée royale, le thym. A noter que le romarin et la sarriette sont aussi des plantes stimulantes.

Pour conclure, une plante adaptogène augmente la résistance de l’organisme contre les agresseurs de différente nature (physiques, chimiques ou biologiques) et présente une influence normalisatrice quel que soit les changements engagés.

 

Alain Tardif

Alain Tardif est naturopathe depuis 1996, titulaire d’un doctorat (Ph. D) en médecine alternative et complémentaire de l’université de Moscou.

Laisser un commentaire

01 43 73 05 25