Skip to main content
rechercher
0
Acérola
Acérolathèque

La prévention cardiovasculaire

Par 15 novembre 2022décembre 2nd, 2022Aucun commentaire

La prévention cardiovasculaire, les Meilleurs compléments alimentaires ?

Les troubles cardiovasculaires comptent parmi les causes principales de mortalité. Voilà donc pourquoi il est nécessaire de faire une bonne prévention cardiovasculaire, pour éviter au maximum les maladies invalidantes ou fatales que sont les maladies cardiovasculaires. Evidemment, nos solutions ne remplacent pas un suivi médical, surtout si vous avez déjà connu des alertes importantes, notamment des antécédents de maladies cardio vasculaires.

Vous pourrez donc prendre des compléments alimentaires, faire une prévention par le réglage diététique, faire des exercices physiques ou du sport sans efforts violents, et limiter la sédentarité. Il faudra aussi perdre du poids si vous êtes en surpoids.

Prévention cardiovasculaire, comment fonctionne l’appareil circulatoire ?

Le sang est un tissu liquide comprenant des hématies ou globules rouges, des globules blancs et des plaquettes. Ces dernières assurent la coagulation du sang, ce qui peut poser des problèmes comment nous le verrons plus bas.

Ce tissu fluide circule dans un appareil circulatoire comprenant le cœur, la pompe qui fait circuler le sang. Ce cœur comprend deux oreillettes et deux ventricules, qui se contractent successivement lors des deux phases de systole. En se contractant, le cœur envoie le sang dans les artères, qui sont de gros vaisseaux sanguins aux parois épaisses et élastiques, capable de se déformer et se reformer lors du passage du flux sanguin.

Lorsque les artères perdent leur élasticité ou épaississent encore plus, cela peut entrainer des problèmes circulatoires. Le sang circule ensuite dans les artérioles, puis les très fin capillaires, puis les veinules, puis les veines. Ces dernières ramènent le sang au cœur. Une petite partie de ce sang est aussi envoyé dans les artères coronaires, qui alimentent le cœur en oxygène et en nutriments nécessaires à son fonctionnement.

Ajoutons à cela que les vaisseaux sanguins comprennent un revêtement interne parfaitement étanche, faites de cellules parfaitement jointives, formant ce qu’on appelle l’intima. Lorsque cette intima est endommagée, alors se déclenche le phénomène de la coagulation. Cela est nécessaire en cas de coupure, par exemple, pour favoriser la cicatrisation.

Mais cela peut aussi déclencher des thromboses, ce qui peut boucher un vaisseau sanguin, surtout si celui-ci a des parois qui se sont épaissies par ailleurs. Si cela entraine l’obstruction d’une artère, les conséquences peuvent être fatales. Et si cela obstrue une artère coronaire, cela entraine un infarctus du myocarde. Aussi, dans le cadre de la prévention cardiovasculaire, il est essentiel de protéger les parois artérielles.

Quels sont les troubles artériels ?

Il existe de nombreux types de troubles cardiovasculaires, qu’il s’agit de bien connaitre pour pouvoir proposer une bonne prévention cardiovasculaire.

  • L’artériosclérose

Les parois artérielles peuvent se dégrader de plusieurs manières. D’une part, elles peuvent perdre leur élasticité, ce qui entraine de l’artériosclérose. Elles sont alors plus fragiles, et peuvent rompre sous l’effet d’une pression du sang plus élevée.

Généralement, ce sont de petites artères qui rompent, mais les conséquences peuvent être catastrophiques. Cela peut entrainer par exemple un AVC (accident vasculaire cérébral) ou une rupture d’anévrisme au niveau cérébral, ou une embolie pulmonaire. Il s’ensuite une hémorragie localement, qui peut entrainer la mort ou de graves séquelles invalidantes. Dans les accidents vasculaires cérébraux, cela peut conduire à la mort, à une hémiplégie ou à une perte d’un organe des sens (perte de la vue par exemple).

  • les plaques d’athérome

Les artères peuvent aussi avoir des parois épaissies. En fait, cela est dû aux globules blancs qui sont capables de passer à travers les parois des artères. Lorsque ces globules blancs sont chargés de graisses (cholestérol, triglycérides, graisses saturées), alors ils irritent les parois artérielles, qui réagissent en épaississant. Ensuite, se produit une inflammation chronique, avec tendance à coagulation (thrombose) et dépôt d’un mélange de plaquettes, de cholestérol et de calcium. Cela provoque ce qu’on appelle la plaque d’athérome, provoquant une athérosclérose.

Là encore, cela peut favoriser un AVC ou une embolie pulmonaire, mais aussi un infarctus du myocarde. Dans les artères fémorales, cela peut causer une artérite. Et au niveau génital, cela peut entrainer une impuissance. La prévention cardiovasculaire implique donc une surveillance de l’état des parois artérielles.

Quels sont les troubles du cœur ?

Lorsque les coronaires se bouchent à cause d’un thrombus par exemple, et lorsqu’elles sont atteinte d’athérosclérose, alors le sang n’irrigue plus une partie du cœur. La partie concernée subit un infarctus (crise cardiaque), plus ou moins grave selon l’étendue de la zone touchée. Evidemment, en cas de crise, la prise en charge doit être médicale, et cela doit entrainer ensuite un suivi auprès d’un cardiologue. Cela n’empêche pas d’adopter une bonne prévention cardiovasculaire.

En tout cas, si vous sentez une gêne respiratoire et une douleur thoracique quelconque, orientez-vous uniquement vers l’hôpital. Cela peut être l’indice d’une insuffisance cardiaque ou de pathologies cardio-vasculaires. Et conservez toujours en ce cas un suivi cardiologique sérieux dans tous ces cas de cardiopathies. Ce suivi est également indispensable dans le cadre de la prévention cardiovasculaire.

Le cœur peut aussi avoir des troubles du rythme cardiaque. Cela peut se manifester soit par des palpitations cardiaques, soit par des arythmies, ou un ralentissement (bradycardie), ou un rythme excessif (tachycardie). Parfois, le cœur peut s’arrêter en systole ou en diastole, ce qui cause la mort si cela n’est pas traité rapidement, notamment au moyen d’un défibrillateur.

L’hypertension artérielle, à surveiller en prévention cardiovasculaire

Le sang peut exercer une pression sur la paroi artérielle, en la distendant. Comme le sang circule par flux successifs, cette pression artérielle fluctue aussi. C’est pourquoi vous avez deux chiffres pour la tension artérielle : la tension systolique ou chiffre haut, et la tension diastolique ou chiffre bas. Pour le chiffre haut, il ne faut pas dépasser le chiffre de 14, et pour le chiffre bas la limite à ne pas dépasser est de 8. Au-delà, on a de l’hypertension artérielle, ce qui peut endommager les artères ou provoquer une rupture du vaisseau sanguin.

Une tension peut aussi être trop basse, ce qui peut favoriser une insuffisance rénale ou cardiaque.

Quelle prévention cardiovasculaire avec l’alimentation ?

Evidemment, l’alimentation est très importante en matière cardiovasculaire. Bien sûr, on peut faire la chasse au cholestérol. Mais attention, une chasse excessive peut entrainer une carence en cholestérol. Or ce dernier est utile pour fabriquer les sels biliaires, la vitamine D et les hormones des glandes sexuelles. Il est donc préférable de réguler le cholestérol.

Les aliments utiles pour cette régulation sont ceux qui sont riches en acides gras essentiels. On privilégiera donc les poissons gras, les volailles grasses, la noix, le lin, l’huile de colza ou de soja. Les oméga 9 sont également très intéressants. On les retrouve notamment dans l’huile d’olive. Des aliments comme l’ail, l’oignon, l’ail des ours ou encore les champignons favorisent aussi la maitrise du cholestérol.

A cela, on peut ajouter d’autres régulateurs des lipides, comme les brûleurs de graisse. On citera par exemple les aliments riches en iode, tels les algues marines, les fruits de mer crus, la betterave rouge ou encore l’ananas. Le thé vert est aussi un brûleur de graisse utile.

D’autres aliments seront protecteurs des parois vasculaires, limitant leur dégradation en les protégeant notamment des radicaux libres. Ces aliments antioxydants sont notamment les agrumes (orange, citron, pamplemousse) et les fruits rouges (fraises, framboise, mûres, myrtilles, cassis, groseilles, etc.).

Attention cependant, le pamplemousse est souvent contre-indiqué en consommation croisée avec des médicaments pour le cœur.

Certains aliments, en revanche, sont à éviter. ce sont notamment les aliments riches en vitamine K, qui favorise la coagulation sanguine. On citera le chou, les radis, le chou fleur, le cresson ou la roquette.

La prévention cardiovasculaire et les compléments alimentaires

Il est possible de faire une bonne prévention cardiovasculaire en prenant des compléments alimentaires adaptés. Ce sera particulièrement utile si vous avez un mode de vie à risque, comme le tabagisme ou le manque d’activité physique, ou si vous êtes stressé, ou encore en cas d’antécédents familiaux.

  • Prévenir l’hypertension artérielle

On pourra conseiller des régulateurs de la tension artérielle, comme l’aubépine ou l’ylang ylang. Ce dernier, sous forme d’huile essentielle, peut être appliqué pur sur le torse.

Vous pouvez aussi prendre des hypotenseurs naturels, si vous n’êtes pas sous médicament bétabloquant. Citons par exemple l’extrait de bourgeon d’olivier, excellent normalisateur de la tension artérielle.

  • Protéger les parois artérielles

Dans le cadre de la prévention cardiovasculaire, la protection des parois artérielles est essentielle. Vous pouvez prendre notamment l’extrait de bourgeons d’arbre de Judée. C’est le meilleur protecteur vasculaire. Vous pouvez l’associer à un généraliste comme le ginkgo biloba.

Vous pouvez ajouter un bon fluidifiant sanguin comme le peuplier. Si vous êtes déjà sous anticoagulants, il faudra plutôt prendre le noisetier, qui est un régulateur de la circulation sanguine.

  • Favoriser le cœur

Deux bourgeons seront utiles pour renforcer la circulation sanguine dans les coronaires : le bourgeon de lilas et les radicelles de maïs, que vous pouvez prendre en synergie. Le maïs est utile même en cas d’insuffisance coronarienne (suivi en cardiologie nécessaire par ailleurs).

Il faudra éventuellement prendre un tonique cardiaque comme le cordyceps. Cela renforcera le muscle cardiaque.

  • Réguler le cholestérol

Pour cette régulation nécessaire en prévention cardiovasculaire, vous pouvez employer le pleurote, excellent régulateur du cholestérol et des triglycérides, associé à des omégas 3 comme l’huile de krill. Le pleurote, notamment, contient des statines naturelles sans effets secondaires, utiles en cas d’hypercholestérolémie.

 

 

 

Alain Tardif

Alain Tardif est naturopathe depuis 1996, titulaire d’un doctorat (Ph. D) en médecine alternative et complémentaire de l’université de Moscou.

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Pour toute question ou remarque sur un produit ou une commande, contactez-nous directement au 01 43 73 05 25.

01 43 73 05 25