Skip to main content
Acérolathèqueintestin grêleintolérance alimentaireLes conseils du Naturo

Porosité de l’intestin grêle et allergies alimentaires

Par 27 décembre 2022mai 9th, 2024Aucun commentaire

Dossier de naturopathie : la porosité de l’intestin grêle et ses conséquences

La porosité de l’intestin grêle est un phénomène qui touche de nombreuses personnes, sans parfois même qu’elles le sachent. Et pourtant cette porosité a de nombreuses conséquences fâcheuses pour la santé, et notamment l’intoxination du corps, les allergies alimentaires et cutanées. Cela provoque au pire l’intolérance alimentaire, avec parfois des réactions qui nécessitent l’hospitalisation en urgence médicale (œdèmes de Quincke et autres). En cas de troubles digestifs graves, consultez évidemment un gastro entérologue et un allergologue.

Alors abordons ce sujet si important, étant donné que les allergies alimentaires sont de plus en plus fréquentes dans la population.

La muqueuse de l’intestin grêle, une barrière fragile

Tout d’abord cette muqueuse est constituée d’une monocouche de cellules jointives, qui forment une barrière entre les nutriments issus de la digestion et notre milieu intérieur, à savoir le sang et la lymphe. Ces cellules de muqueuse, appelées entérocytes, sont chargées d’absorber les nutriments, mais sont également confrontées aux toxines. Très fragiles, elles doivent donc se renouveler très fréquemment. Les cellules mortes desquament alors, ce qui forme les selles évacuées par le rectum chaque jour.

Rappelons que cette muqueuse est disposée en villosité qui augmente la surface d’absorption, et que ces cellules jointives sont, elles-mêmes, à bordure en brosse, comme on le voit dans le schéma ci-dessous. La surface d’absorption de la muqueuse intestinale est alors de 400 à 600 mètres carrés, ce qui est considérable, environ la surface d’un court de tennis !

muqueuse de l'intestin grêle

Or ces cellules doivent constamment se renouveler, du fait de la desquamation que nous avons évoquée. Lorsque notre alimentation est propice aux fermentations digestives, ce renouvèlement peut être insuffisant, ce qui cause des trous dans cette muqueuse. On aboutit à ce qu’on appelle la porosité intestinale.

Cette porosité de l’intestin grêle va donc mettre en contact notre bol alimentaire en fin de digestion avec le système immunitaire, comme l’explique bien cette vidéo de la chaine YouTube de la naturopathie :

Et c’est là que peuvent apparaître les troubles de type allergie alimentaire ou intolérance au lait de vache, aux produits laitiers ou encore au gluten, aux fruits de mer, aux fraises, au soja, aux fruits à coque, etc. Cela peut entrainer des troubles de type ballonnements (le plus léger), ou encore syndrome du côlon irritable, syndrome de l’intestin irritable, diarrhées, irritations ou inflammations intestinales, vomissements, douleurs abdominales, colites allergiques ou infectieuses, maladie de Crohn (à la longue), etc.

Par ailleurs, notre tube digestif, qui est le deuxième cerveau, peut voir se dégrader les nerfs intestinaux. Or ceux-ci produisent 90% de a sérotonine et 90% de la dopamine, deux neurotransmetteurs essentiels à notre système nerveux. Cette porosité intestinale et les allergies qui peuvent se développer peuvent entrainer de graves troubles neurologiques ou neuropsychiatriques.

Comment éviter la porosité intestinale ?

L’une des clés de la santé intestinale est évidemment le réglage alimentaire. Il faudra respecter trois règles de base pour éviter de fragiliser la muqueuse intestinale, première barrière immunitaire et première barrière aux toxines.

Tout d’abord, on doit consommer les fruits crus aqueux, les tomates crues, les yaourts et autres aliments en cours de fermentation (kéfir, fromages blancs, etc.), absolument en dehors des repas. L’idéal étant de les prendre vers 11 h ou 17 h à 18 h.

Ensuite, il est nécessaire de prendre le temps de manger. Manger dans le stress est l’assurance d’une mauvaise digestion. Donc posez-vous à table, mâchez bien vos aliments et soyez détendu au repas. La digestion est favorisée par la détente, due au nerf parasympathique, alors que le nerf du stress, le nerf orthosympathique, cause des spasmes digestifs peu favorables à une bonne digestion.

Enfin, évitez le grignotage, qui allonge le temps de digestion. Cet allongement du temps digestif fatigue énormément la muqueuse intestinale, qui ne parvient pas alors à se renouveler convenablement.

Bien sûr, vous serez obligé d’éviter les aliments allergènes, au moins temporairement, le temps que la muqueuse intestinale soit suffisamment restaurée. En particulier, évitez les aliments riches en lactose, comme le lait de vache ou de soja. Au contraire, mangez des aliments riches en fibres alimentaires, capables de nourrir les bonnes bactéries de notre microbiote intestinal. Les fruits secs comme les pruneaux, ou les légumes, seront très intéressants. Ils sont riches en prébiotiques, qui constituent la nourriture des probiotiques.

Si vous avez besoin d’un réglage alimentaire bien structuré et personnalisé, vous pouvez aller prendre rendez-vous sur ce site.

Les compléments alimentaires alliés de l’intestin grêle

En plus du réglage alimentaire, nous conseillerons des compléments alimentaires propices à restaurer ou entretenir la muqueuse intestinale.

En premier lieu, s’il y a une inflammation intestinale ou une tendance inflammatoire liée à l’alimentation, alors vous pouvez prendre l’extrait de bourgeons de vigne. Cet extrait calme les états inflammatoires. Vous pouvez l’associer à l’extrait de bourgeons de viorne, en cas de terrain allergique alimentaire. Cela sera utile également en cas d’éruptions de boutons cutanés liés à des aliments, comme le lait de vache ou certains fruits de mer par exemple.

Ensuite, il est nécessaire de reconstituer cette muqueuse intestinale. Le docteur Kousmine, célèbre dans les années 80 et 90, conseillait de consommer de l’huile de lin ou à défaut, des graines de lin à bien mâcher, car cette huile contient les oméga 3 propices à restaurer les membranes des entérocytes. Pour ce médecin, d’ailleurs, la carence en oméga 3 était l’une des principales causes des troubles intestinaux, et, selon elle, ces troubles pouvaient favoriser la sclérose en plaque ou les cancers.

Vous pouvez aussi prendre l’huile de cameline en capsules que nous proposons, à raison de trois capsules le matin à jeun. Cela sera aussi un excellent apport en oméga 3.

La restauration de la muqueuse intestinale passe aussi par un excellent état de la flore intestinale. Pour cela, comptez sur l’extrait de bourgeons de noyer, très bon régulateur des probiotiques, et la prise de ferments lactiques comme propose la société Diétaroma.

Enfin, il est nécessaire de favoriser le renouvèlement des entérocytes, pour reconstituer la barrière intestinale. Et dans ce but, vous pouvez utiliser le champignon chaga, qui est un excellent cicatrisant de la peau et des muqueuses en général.

 

Alain Tardif

Alain Tardif est naturopathe depuis 1996, titulaire d’un doctorat (Ph. D) en médecine alternative et complémentaire de l’université de Moscou.

Laisser un commentaire

01 43 73 05 25