Skip to main content
rechercher
0
Acérola
AcérolathèqueNos produits phares

L’argent colloïdal

Par 10 mai 2016décembre 2nd, 2022Aucun commentaire

Rares sont les produits dont on peut s’attendre à quasiment 100% de résultats probants. L’argent colloïdal fait partie précisément de ces produits qu’on appelle parfois abusivement « produits miracles ».

Une histoire de l’argent colloïdal

Ses propriétés antibiotiques naturelles sont connues depuis très longtemps. Déjà Hippocrate (460 – 370 av JC) conseillait les cataplasmes à la fleur d’argent pour désinfecter les blessures. Par la suite, de grands médecins tels qu’Avicenne ou Paracelse en conseillèrent également l’usage, sous forme de cataplasmes. L’argent est également utilisé comme antibiotique naturel dans des médecines traditionnelles telles que la médecine chinoise ou la médecine ayurvédique. Au 19ème siècle, l’argent fut employé largement sous forme de sels. Ce fut au point qu’à l’orée du 20ème siècle, la pharmacopée officielle recensait près de 60 préparations à base d’argent. Même les pionniers de l’Ouest américain plaçaient des pièces en argent dans les outres ou les gourdes pour désinfecter l’eau des mares avant de la boire. Cela permettait d’éliminer les micro-organismes et autres bactéries pathogènes de l’eau de boisson.

Un remède antibactérien ultrapuissant

Vous pouvez bénéficier des pouvoirs désinfectants de l’argent, grâce à une gamme d’argent colloïdal concentré à 20 ppm (1 ppm égal 0,001 millilitre par litre d’eau). Vous pourriez penser que cette concentration est minime. Mais les recherches les plus récentes ont prouvé que c’est à cette concentration que l’argent colloïdal possède son action optimale. A 20 ppm, l’argent colloïdal agit sur des agents pathogènes aussi variés que les staphylocoques dorés, l’Escherichia coli, les salmonelles, les streptocoques ainsi que d’autres germes bactériens et même sur les amibes, responsables de la dysenterie. Des études israéliennes ont démontré que cette action était due aussi bien à des propriétés bactéricides qu’à des propriétés inhibitrices de la prolifération bactérienne. En revanche, les mécanismes d’action exacts sont encore inconnus. Précisons cependant que l’argent colloïdal ne semble pas agir sur les virus, y compris la grippe et le tétanos.

Enfin, comme il n’est pas véritablement stimulant immunitaire, il n’est pas contre-indiqué en cas de maladies auto immunes.

Comment est composé l’argent colloïdal

L’argent colloïdal se constitue de microparticules d’argent en suspension dans un liquide, généralement de l’eau. Ces microparticules ont un effet bactéricide puissant, un peu à l’image des pièces d’argent utilisées par les pionniers américains. Ces colloïdes sont donc différents des sels d’argent. Ces derniers sont en solution ionique dans l’eau, c’est-à-dire qu’ils sont dissouts, et non pas sous forme de microparticules.

Comment l’employer

Vous pouvez vous procurer l’argent colloïdal en flacon. Ce produit sera utile comme désinfectant par voie externe ou par voie interne, sur des plaies, pour désinfecter de l’eau de boisson, en cas de gastroentérite, d’infections à répétition. Vous l’emploierez en particulier en cas de tout type de trouble infectieux gastro intestinal. Il permet notamment d’assainir la flore intestinale. Il faudra ensuite apporter les probiotiques et un régulateur de la flore, l’extrait de bourgeon de noyer, pour rééquilibrer les bonnes bactéries de la flore intestinale. En général, les cures de probiotiques dureront 15 jours environ, à raison de deux gélules le matin à jeun. Et vous prendrez 15 gouttes de noyer le matin avec un peu d’eau, juste avant le repas, pendant 1 mois, pour avoir des effets bénéfiques durables. Cela permettra d’éviter le retour des bactéries infectieuses.

Cela ne remplace pas un médicament. Cependant, ce produit devrait figurer dans toutes les pharmacies familiales, pour aider à passer les rigueurs de l’hiver ou comme désinfectant multi usage. En revanche, en usage interne, il ne faudrait l’employer qu’occasionnellement, en cas de besoin, et non pas à titre préventif. Effectivement, une surconsommation d’argent peut entrainer, dans de très rares cas, un trouble cutané qu’on appelle argyrisme. Dans ce type d’affection, la peau devient bleue de manière irréversible !

En usage interne, vous éviterez donc de l’absorber tous les jours, mais seulement en cas de besoin réel, par exemple comme désinfectant de l’intestin grêle.

En usage externe, nous proposons l’argent colloïdal pour l’hygiène des yeux ou du nez. Il est donc possible de limiter les effets d’un rhume.

Et en traitement complémentaire ?

L’argent colloïdal est complémentaire de tous les soins visant à stimuler le système immunitaire et à éloigner les microorganismes indésirables ou pathogènes.

Chez l’enfant, on peut faire prendre une cure d’extraits de bourgeon d’églantier. C’est un spécifique qui renforce l’immunité de l’enfant, ainsi que ses voies respiratoires. Il va aider à limiter les proliférations bactériennes, le rendant alors complémentaire de l’argent colloïdal.

Chez l’adolescent ou l’adulte, il existe une importante panoplie de produits immunostimulants. On peut citer en premier lieu les champignons, et notamment agaricus blazei, qui est le produit le plus riche en beta 1-3 d-glucane, une substance qui stimule la réponse immunitaire. On peut aussi citer le reishi, qui est un stimulant des cellules immunitaires, et notamment des lymphocytes T4, qui induisent la réponse immunitaire.

Comme autres nutriments utiles, citons le zinc et l’acérola, ce dernier produit étant riche en vitamine C. Il sera utile de compléter le traitement déjà proposé par une bonne supplémentation en ces deux micronutriments.

Rappelons que ces produits ne dispensent pas d’une alimentation équilibrée, capable d’apporter vitamines et minéraux, oligoéléments et nutriments variés.

Alain Tardif

 

Pour vous procurer ces produits

Contact : AEMN, 39 rue de Montreuil, 75011 Paris. Vous pouvez venir sur RDV, ou commander par correspondance, en appelant au 01 43 73 05 25.

Sources scientifiques

Silver nanoparticle-E. coli colloidal interaction in water and effect on E. coli survival.

Dror-Ehre A, Mamane H, Belenkova T, Markovich G, Adin A. (15 Novembre 2009)

Department of Soil and Water Sciences, Faculty of Agriculture, Food and Environment, The Hebrew University of Jerusalem, Rehovot 76100, Israel

Alain Tardif

Alain Tardif est naturopathe depuis 1996, titulaire d’un doctorat (Ph. D) en médecine alternative et complémentaire de l’université de Moscou.

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Pour toute question ou remarque sur un produit ou une commande, contactez-nous directement au 01 43 73 05 25.

01 43 73 05 25