Skip to main content
rechercher
0
Acérola
Acérolathèque

Le chaga, un champignon aux pouvoirs santé extraordinaire

Par 23 octobre 2022novembre 23rd, 2022Aucun commentaire

Le chaga, le champignon santé par excellence

Le chaga est un champignon super antioxydant, connu comme le champignon de Soljenitsyne. Effectivement, le célèbre écrivain russe l’avait cité dans un de ses livres, le pavillon des cancéreux. Il avait contracté lui-même un cancer de l’estomac. Et un médecin de l’hôpital de Tachkent le soigna avec succès notamment avec ce champignon incroyable. Depuis, ce champignon utilisé comme boisson traditionnelle par les peuples de Sibérie et du Canada, a acquis ses lettres de noblesse comme un super antioxydant.

Qu’est-ce que le chaga super antioxydant ?

Ce champignon est un parasite du bouleau blanc et du bouleau jaune. Il développe son mycélium dans le bois, qu’il décompose. C’est donc un parasite redoutable, pour ces arbres, qui peut les tuer en quelques années.

Ce mycélium produit une masse brune ressemblant à un gros chancre, renfermant une pourriture du bois de couleur ocre foncé. Il a tendance à transformer notamment la bétuline du bouleau en acide bétulique. Il concentre également l’acide salicylique du bois de bouleau.

Ce mycélium peut produire de temps à autre un carpophore, de type polypore, appartenant au genre Inonotus (espèce Inonotus obliquus). Mais traditionnellement, c’est la masse mycélienne et de pourriture du bois de bouleau que l’on emploie.

Les peuples de Sibérie l’utilisent en décoction, dont ils tirent une boisson chaude à boire le matin, en guise de boisson du petit-déjeuner. Cette boisson chaude a une saveur rappelant un peu le café. Ces peuples ont remarqué que cette boisson renforce la santé, et notamment la résistance au froid. Dans le nord du Canada, les peuples amérindiens vénèrent les sites ou pousse ce champignon.

Les propriétés thérapeutiques du chaga

Le chaga est un parasite du bouleau, capable de concentrer la bétuline. Or la bétuline est une substance dont on a remarqué des propriétés protectrices cellulaires puissantes, capable de stimuler la vitalité de l’immunité. Mais elle est très peu assimilable par la muqueuse intestinale.

Cette bétuline est elle-même transformée en acide bétulique par le mycélium du chaga. Or cet acide bétulique est beaucoup plus puissant que la bétuline, et d’autre part, les intestins l’assimilent beaucoup mieux. Si bien que le chaga est beaucoup plus efficace que le bouleau pour renforcer les cellules de notre organisme, pour lutter contre le vieillissement cellulaire et pour renforcer son système immunitaire, notamment chez les gens qui ont un cancer. Cet acide bétulique stimule également la cicatrisation, en activant le métabolisme des cellules saines.

Il contient aussi d’autres substances, et notamment l’inotodiol, des complexes de mélanine, des polyphénols et des dérivés de lignine.

Une étude franco-ukrainienne, datant de 2018, démontre les propriétés sur les cellules cancéreuses.

Mais c’est aussi un champignon qui fluidifie le sang, du fait de son acide salicylique. Il est donc utile aussi comme protecteur vasculaire, chez les personnes sujettes à des maladies cardiovasculaires. En contrepartie, il sera contre-indiqué chez les personnes qui prennent déjà des fluidifiants sanguins ou qui sont sensibles aux dérivés de l’aspirine.

Le meilleur antioxydant connu

C’est enfin un super antioxydant. Dans l’échelle ORAC, qui classe les substances naturelles antioxydantes, il est sur la première marche, et loin devant le suivant, la baie d’açai. Il est situé à 36000 unités ORAC. Songez que la myrtille, considérée comme un bon antioxydant et protecteur vasculaire, est à 3600, soit dix fois moins que le chaga. Il est également beaucoup plus anti oxydant que le curcuma ou les flavonoïdes. C’est donc un allié de nos cellules contre les radicaux libres et le stress oxydatif. Il permet d’éviter l’oxydation des composants de la cellule.

Il favorise également :

  • La régulation de la glycémie
  • La protection des cellules nerveuses et l’entretien de la mémoire
  • La régénération cutanée, en lien avec le collagène
  • L’agrégation des plaquettes sanguines
  • La limitation des réactions inflammatoires

Pourquoi prendre le chaga super antioxydant ?

Evidemment, vous pouvez prendre ce champignon pour renforcer le système immunitaire. C’est l’un des plus puissants pour cet usage. Etant donné qu’il contient de l’acide salicylique, il est aussi anti inflammatoire. Vous pouvez donc l’employer en cas d’inflammation articulaire comme d’inflammation allergique.

Vous pouvez également l’utiliser en complément de traitements traditionnels, pour renforcer votre terrain si vous êtes atteint d’un cancer. Attention, cela ne remplace évidemment pas une chimiothérapie. Cela permet d’assurer le bon fonctionnement de nos défenses immunitaires et de stimuler nos cellules saines.

Vous pouvez le prendre aussi pour limiter le vieillissement cellulaire, comme facteur anti vieillissement. A ce sujet, il favorise le bon entretien de la muqueuse intestinale, si bien qu’il peut vous être utile si vous avez une porosité intestinale. Il peut donc aider à limiter les processus d’intolérance alimentaire.

Comment prendre ce champignon ?

Nous proposons le chaga dans notre boutique en ligne en complément alimentaire sous forme buvable. Cette forme rend les molécules actives extrêmement biodisponibles, ce qui permet une meilleure assimilation que sous forme gélule. Dans les gélules, le champignon en poudre doit être digéré pour extraire les principes actifs. C’est uniquement lorsque ces principes actifs sont extraits que nos intestins peuvent les absorber. Cette absorption est donc beaucoup plus efficace et rapide lorsque les principes actifs sont déjà extraits sous forme buvable.

Pour une cure classique, chez un adulte, on peut prendre une cuillère café ou une dose de 5 ml d’extrait buvable de chaga, le matin à jeun dans un peu d’eau.

On peut monter en doses d’attaque à 10 ml ou 20 ml le matin à jeun.

Le chaga peut être adapté aux enfants et aux adolescents, ainsi qu’aux femmes enceintes.

Seules les personnes sensibles à l’aspirine, ou déjà sous fluidifiant sanguin, ou sujet à hémorragie, ne doivent pas prendre ce champignon.

Il est possible de faire des cures de deux mois par trimestre, si vous devez le prendre sur une longue durée.

Le chaga et les autres compléments alimentaires

Pour renforcer ou décupler son potentiel antioxydant, vous pouvez aussi prendre le chaga associé à l’acérola, une petite cerise d’Amérique du Sud naturellement riche en vitamine C.

Si vous souhaitez l’employer pour le système immunitaire, vous pouvez l’utiliser en synergie avec l’Agaricus blazei (ou Agaricus subrufescens).

Si vous souhaitez limiter l’inconfort digestif, en cas d’intolérance alimentaire, vous pouvez combiner le chaga avec les probiotiques et l’extrait de bourgeon de noyer.

Bien évidemment, ce traitement ne remplace pas une alimentation équilibrée, ni un traitement médical. Vous aurez d’ailleurs intérêt à consommer une alimentation riche en fruits et légumes, en vitamines (vitamine A, vitamine C, vitamine E, vitamine D, etc.), en oligoéléments, notamment en zinc et en sélénium. Vous pouvez aussi supplémenter en spiruline, pour apporter les nutriments qui renforceront le travail du chaga.

Effectivement, ce dernier ne permet pas de combler des situations de carence alimentaire. Il vous faut donc des aliments riches en vitamines et minéraux, avec de bons apports en micronutriments.

N’hésitez donc pas à faire le plein d’antioxydants en consommant ce champignon pour renforcer votre santé.

 

 

Alain Tardif

Alain Tardif est naturopathe depuis 1996, titulaire d’un doctorat (Ph. D) en médecine alternative et complémentaire de l’université de Moscou.

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Pour toute question ou remarque sur un produit ou une commande, contactez-nous directement au 01 43 73 05 25.

01 43 73 05 25